eh bien voilà … première semaine las… fatiguée, deuxième semaine je dormais 14 heures par nuit et faisais des siestes de 4 heures… le jeudi n’en pouvant plus je me retrouve à la clinique sans rendez-vous … j’attends … prise de sang avec beaucoup de symptomes à comprendre … une semaine plus tard donc la troisième semaine je me retrouve avec un ganglion résorbé, et un diagnostic sans diagnostic… vous avez un début de surmenage … il faut apprendre à faire attention à soi …Ok … lets try this … mais comment je fais … ce n’est pas inné chez moi, je dois travaillé fort pour ne pas penser qu’aux autres.

Malgré tout je me suis mise à penser aux gens que je voulais dans mon entourage et il s’agit généralement de personnes qui sont comme moi … elles préfèrent donner que de recevoir … alors on s’échange le tout un peu tout le temps … Transfert d’énergie au lieu d’aspirer l’énergie de l’autre…

N’empêche que je suis surmenée c’est vrai, j’ai pas encore 30 ans, je suis célibataire, sans attachement professionnel ou affectif … limite dépressive et je sais très bien que je ne vais pas m’améliorer… Comme qui dirait… va-t-on s’en sortir …? Peut-être que oui, en fait j’en suis pas mal sur … il faut simplement arrêter de questionner, de réfléchir et il ne faut que VIVRE… Mon ex disait souvent que les femmes contrairement aux hommes étaient sur la pente descendante à partir de 25 ans… It’s suck to be me … j’aurais 26 ans dans 3 mois … et il n’avait pas trop tord… Il est de plus en plus difficile de se remettre d’une brosse… je me sens à présent coupable lorsque je sors … que je suis saoule et que je fais des déclarations hasardeuses à un barman quelconque… Bien que je le trouve mignon …

J’ai commencé ce post au mois de mai… et je le termine aujourd’hui près de deux mois plus tard… J’ai enfin terminé ma maîtrise … Avec fierté … et surtout soulagement je vais enfin pouvoir travailler avec de nouvelles personnes, sur de nouveaux projets …

La santé … ne s’améliore pas trop … je suis encore malade… avec les deux tunnels carpiens bloqués… et des ganglions en alerte…

Je dois réellement apprendre à prendre soin de moi …

Publicités

Une très bonne amie à moi … m’a fait faire une entrevue l’année dernière pour son mémoire … le sujet pour certain peut semblé hasardeux, pour d’autres incompréhensible alors je ne m’attarderai pas pendant des heures sur l’étude mais bien sur ce qu’elle a découvert sur moi pendant cette fameuse entrevue … Le sujet du fameux mémoire portait sur les attentes des jeunes (la génération Y) par rapport à l’emploi …  Plusieurs traits ont resorti … pour chacune des personnes.

Pour moi … l’altruisme, le partage, le bien-être des autres, des valeurs liées à l’universalisme… la justice, la responsabilité sociale, le type de personnalité B (n’aime pas la compétitivité, ni l’agressivité, préfère ne pas vivre de conflit), les valeurs de l’entreprise … je ne pourrais pas être dans un environnement où j’aurais l’impression d’être en constant conflit entre mes intérêts et les intérêts de l’entreprise … ***Nous y reviendrons*** Dans d’autres tests de personnalité les traits de personnalité qui ont été les plus récurents sont l’énergie, la soif de connaissance, l’ouverture sur les autres et sur le monde, le travail ardent… 

Évidemment, j’ai beaucoup de défauts … celui dont il est question aujourd’hui est la confiance en soi. Le principal élément qui tout au long de ma vie m’a fait hésité … soit sur la carrière que j’allais faire soit sur tout simplement des actions au jour le jour …  est la confiance en moi … Mais bon … ce n’est pas en s’appitoyant sur nos défauts que l’on apprend à vivre … Alors j’ai décidé de tourner le couteau dans la plaie et d’essayer de comprendre mes derniers comportements que j’associe eh oui au manque de confiance … Il est évidemment question de mes relations avec les hommes … Qui pour certains … et pour moi même sont reliées à faire n’importe quoi avec n’importe qui … sans réflexion alors que je suis généralement très raisonnable … Je fais toujours ce dont j’ai envie et ce, toujours en cohérence avec mes valeurs … Ce weekend j’ai pris conscience que j’ai peur … réellement peur de retomber en amour … Je n’ai pas peur d’être rejetté dans les premiers balbutiements de la relation… Je n’ai pas peur non plus de l’engagement … j’ai toujours bien vécu en relation couple et j’étais rendue beaucoup plus loin dans ce que je voulais  la dernière fois … J’ai peur d’être à nouveau éperdument amoureuse de quelqu’un… Je ne sais pas pourquoi mais je crois que c’est infinement relié à ma vrai dernière histoire … et surtout à la confiance en soi ou en moi hehe… Comme je l’ai déjà écrit dans un message précédent …  ma vrai dernière relation remonte à 27 mois … j’en suis ressortie complètement détruire … et surtout à la limite de la destruction psychologique … Je n’ai pas su arrêter à l’époque les commentaires et la violence psychologique de mon ex … comme je ne crois pas que je serais capable de l’arrêter demain matin si j’étais de nouveau éperdument en amour … Par contre, j’aimerais bien être amoureuse … éperdument amoureuse de quelqu’un qui en aurait envie avec moi … Ça pourrait être cool … mais bon avec les valeurs et les défauts que j’ai, je dois me questionner sur … Ah oui … pour remédier à mes problèmes de confiance je retourne pour vrai à l’Escalade … hehe

Existe-t-il réellement chaussure à mon pieds …? Je l’espère grandement …

Il ne faut pas non plus se mettre à paranoïée hehe … Retour sur les valeurs de l’entreprise et mes valeurs …

Il y a près de 6 ans j’ai fait des demandes pour aller à l’université … J’ai été accepté à l’UQAM et à HEC dans tous les programmes demander … J’ai choisi l’UQAM… Déjà à l’époque j’avais l’impression que l’UQAM représentait mieux et plus mes valeurs … et encore aujourd’hui j’en suis tout-à-fait convaincue ….  Au lieu de faire un choix stratégique … à l’époque j’avais décidé de miser sur une université du peuple qui répondait bien à mes valeurs mais aussi à ce que je désirais plus que tout pour ma société … Une société où l’élitisme n’a pas lieu d’être … où tout le monde à accès de façon non équivoque à une éducation semblable …  Je suis convaincue que dans un autre établissemet je n’aurais jamais été capable de m’épanouir comme j’ai pu le faire dans cette université où la liberté de parole et d’Expression nous permet de croire que nos idées … sont aussi valables que celles des professeurs… Une université est aussi et surtout un endroit d’échange … et j’ai eu la chance d’échanger avec des personnes qui m’ont permis de croire en mes rêves quelqu’il soit … 

L’année 2008 aura été une année remplit de surprise pour moi … J’ai d’abord fait la rencontre d’un professeur américain qui a su voir derrière mon manque de confiance en moi … une motivation sans borne … un espèce d’intelligence relationnel … ou en tout cas un désir d’aller plus loin que ce que la maîtrise m’avait donné jusqu’à présent… Cette même rencontre m’a permis de faire une conférence à Toulouse l’année dernière et de suivre un cours dans le programme de doctorat conjoint (UQAM-HEC-McGill-Concordia); le cours se donnait à HEC. Des problèmes d’ordre personnel et des problèmes d’ordre méthodologique ont fait en sorte que même la plus motivée dès plus motivée avec des difficultés …  La conférence et le cours à HEC m’ont permis de faire des rencontre mais surtout m’ont permis de me faire à l’idée que le monde universitaire était peut-être (ou pas) une carrière que je pouvais envisager… Ils m’ont surtout permis de me dire que malgré les problèmes vécus … qu’il y avait d’autres possibilités … Que « The sky is the limit »! 

Donc voilà … C’est ainsi que dans les prochains mois je changerai d’université … vous m’aurez bien compris … je quitte l’UQAM pour aller à HEC … Choix stratégique (pour la carrière) mais aussi choix individuel qui est lié à mes valeurs fondamentales…  J’ai décidé d’aller à HEC principalement parce que le professeur que j’ai eu lors de mon cours au doctorat me permet de croire, dans les interactions, que j’ai ma place dans ce monde … académique … et je compte bien le prouver à ceux qui ont douté … et qui doute encore … Pour ce qui est de ce manque de cohérence entre mes valeurs, les conflits et les valeurs de l’université … les choix de cours que je fais présentement sont à 75% dans une autre université que je tiens en grand estime … Concordia … l’université du peuple anglophone … 

Un titre qui mérite reflexion peut-être plus d’énergie que l’on peut réellement en mettre mais sérieusement … Qui sommes-nous pour juger ? Nous jugeons la personne qui fait la manche, qui va à l’école, le grèviste, le jeune, le moins jeune, les couples métissés, le vieux qui sort avec la jeune et la vieille qui sort avec le jeune, la personne qui n’est pas à l’école, l’alcoolique, les gens de d’autres nationalités, etc…

En fait, on juge pour juger … Peut-être parce qu’on ne connait pas … Peut-être parce que ça ne nous intéresse tout simplement pas … Je trouve tout de même qu’on juge à tord et à travers … et j’en ai assez … Pourquoi ne serions-nous pas simplement heureux pour nos amis et tout ceux qui croient avoir trouver leur voie … Qui suis-je pour juger ? 

Qui suis-je pour juger ? Qui suis-je encore plus pour juger des gens qui jugent? 

Eh bien, c’est très simple je juge aussi … Je juge particulièrement, et d’une façon très virulente les gens que j’aime sans m’en rendre compte … Parce qu’il est toujours plus difficile de voir les gens que l’on vénère attendre sans rien dire … être réactif plutôt que proactif … Simplement parce que l’effort aujourd’hui est tel qu’il est difficile pour eux de se rendre compte de toute l’énergie qui sera sauvé dans l’avenir …

Évidemment, il existe des degrés différents de jugement … Par exemple, je ne critique pas les modes de vie des autres … C’est tout simplement pas de mes affaires et puis … je ne suis pas un ange non-plus … Je m’amuse beaucoup et beaucoup de jeunes et moins jeunes pourraient juger de mes comportements et attitudes … Et voilà une des raisons qui me pousse à me dire qu’il ne faut pas trop juger à moins d’être irréprochable …Que celui qui n’a jamais pêché lance la première pierre … Personne ne peut avoir le front en ce 21ième siècle d’affirmer de telles insanitées …

J’écris ce message depuis plusieurs jours …. Je continue à me faire juger et je continue par réflexe peut-être à juger … et je me questionne toujours autant sur cette façon que nous avons de nous regarder le nombril … au lieu de regarder le nombril de notre collectivité … 

Et là j’ai l’impression que je mélange tout …

Aujourd’hui … je suis devenue encore une fois … la deuxième depuis le début de mes études universitaires … une étudiante en grève pour la deuxième fois j’ai pris position, je me suis questionnée et j’ai pris une décision … Je devais, je voulais … faire quelque chose parce que j’avais l’impression que pour une fois la démocratie… le droit… le peuple (les étudiants) avait enfin le pouvoir de changer les choses … J’espère ne pas me tromper … Aujourd’hui résultat historique une École de gestion qui est en faveur d’une grève d’une semaine afin de montrer un appui et montré une action solidaire au coprs professoral … Qui l’aurait cru… Je suis pour une fois fière de faire partie de ces gens que l’on qualifie trop souvent de capitaliste … Le bien commun, le bien de la collectivité aura pour une fois parler… Félicitations … à tous les étudiants d’accord ou non qui ont montré qu’ils avaient un intérêt … pour cette institution qu’est l’UQAM et les professeurs qui  travaillent … 

Aujourd’hui, j’ai participé à une manifestation … je ne suis pourtant pas considérer comme une réactionnaire … mais je dirai simplement que les revendications de nos professeurs me touchent personnellement … je vois en l’éducation …un peu comme à une certaine époque la religion unmoyen pour faire je l’espère (pas comme la religion) avancer notre peuple … nos gens … notre société moderne… 

Certains me qualifiront de gauchiste … séparatiste… féministe et me colleront des éthiquettes plus barbares les unes que les autres … Je ne vois pourtant pas pourquoi … Je crois que de partager et d’être un peuple avec des valeurs plus près de l’humain fera en sorte que nous serons un peu meilleur … dans l’avenir … je crois qu’une communauté telle que la notre avec ses différences, avec ses valeurs , sa langue, ses atouts et ses caractéristiques propres à elle-même ferait un sacré beau pays … féministe oui … mais pas au détriment de la galenterie de nos hommes … les hommes doivent agir en hommes et doivent rester hommes … Par contre je veux être respecté dans mes choix de femmes… employées… étudiantes … dans toutes les facettes de ma vie qui font que je suis une femme oui oui une femme libre

J’ai lu récemment un très bon livre … qui parlait de cette liberté qui en fait n’en est pas une … Le fait de devenir libre … totalement libre … nous soumets à tellement de règles et normes que finalement la liberté ne peut existée réellement….

Demain, je retourne à une deuxième manifestation … nous irons jusqu’au bureau du premier ministre ti-jean Jarret … notre université est sous tutelle gouvernementale depuis 40 ans … les gouvernements se succèdent et de plus en plus ils veulent traités cette université comme une entreprise privé… et je dis non … l’université ne doit pas devenir le fleurons publicitaires des entreprises … je veux que les prochains étudiants aient la chance de réfléchir … de se questionner comme j’ai eu cette chance jusqu’à présent …

Sinon … part les manifestations …  Je lis beaucoup c’est temps-ci … je regarde des films tranquillou … et je rêve … et je rédige pas mal … je dois bientôt terminer … mais je me sens serreine face à ce délai qui s’est vite rapproché …

Sinon l’amour toujours pas … mais bon ça viendra … (voir blogue précédent… hehe)

Je fais des rencontres intéressantes … Je vois des amis … je développe des relations d’amitier … comme je les aime … je profite de ces moments de solitude amoureux … pour combler d’autres vides … d’autres traumatismes … et je guéris tranquillement… péniblement … mais surtout … sûrement …

Les études toujours aussi motivantes … j’ai de très bonnes nouvelles … bien hâte de commencer les prochains projets … parce que beaucoup en perspective … Sinon … je regarde pour un voyage … Italie, Espagne et Maroc …  on verra bien …



Ero dietro di te… Voilà comment commence ce roman … d’une intensité essouflante mais combien épanouissante… Combien de fois… après une première lecture d’un roman nous allons nous dire … Ça y est … j’ai eu en 236 pages de lecture toutes les émotions dont j’avais envie … mais surtout dont j’avais besoin … J’ai donc ris, pleuré, souris, rêvé, mais aussi frissoné par le rythme, pas les actions lentes du narrateur et surtout …j’ai répondu aux questions posées…

D’Amour avec un A … Nicolas Fargues nous parle … mais pas à l’eau de rose cet amour … non … il est plutôt question de violence, de tromperie, de Love at first sight… Tout au long on peut même se demander comme le narrateur nous le suggère et se le demande … Est-ce que j’ai aimé … suis-je capable d’amour … ? Il nous parle aussi de la contre-partie de l’amour celle qu’on préfère généralement taire … celle qui fait de nous des êtres humains … celle qui nous permet … d’Être … de vouloir mais aussi celle qui nous fait honte … car la putain de vie … elle fait d’erreur … et il faut s’y résigné…

Des questions évidemment très lourde de sens … auxquelles une vie ne suffirait pas pour y répondre … Je ne vais pas m’y essayer ce soir … ni demain … Je rêve quand même d’amour … et le fait d’y rêver me rassure … j’ai bien l’impression que je suis capable d’aimer … J’ai surtout l’impression qu’on aime … les personnes que l’on doit aimé … et puis voilà… 

Revenons … si vous me permettez … au titre de ce roman … J’étais derrière toi …ou plutôt Ero dietro di te… J’adore ce que Fargues en fait de cette phrase … il suggère qu’avec un peu de volonté cette phrase veut  et peut aussi dire ceci: « Pendant tout ce temps, toutes ces années, j’étais juste derrière toi, pas très loin, et tu ne m’as pas vue. C’était l’évidence même, toi et moi, mais on se ratait à chaque fois. Maintenant, me voilà, je suis là et je compte bien te le faire savoir, la balle est dans ton camp, tu ne pourras pas dire que tu n’as pas été prévenu et te lamenter d’être passé à côté de la chance de ta vie. » (p.11). 

Cette phrase me fait rêver … bien sur … mais je me dis qu’elle n’est pas loin de ce que j’aimerais que soit mon Amour … avec un grand A … Peut-être que je ne le connais pas encore … peut-être qu’il ne me connait pas encore … mais peut-être que oui … et puis même si on ne se connait pas … je crois qu’il est possible que dans le monde dans lequel nous vivons … toute notre vie on puisse attendre quelqu’un sans nécessairement mourir pour quelqu’un … savoir qu’il existe quelqu’un avec qui tout sera si simple parce qu’il sera cette personne qui nous comprendra …  Parce qu’il y a deux éléments essentiels dont il faut nécessairement se souvenir … 1) L’amour doit être vécue en toute simplicité et 2) L’amour doit nous rendre heureux … du moins au début …

J’ajouterai un dernier élément … à ce troisième blogue … Il est tellement beau Nicolas Fargues … j’ai eu la chance de voir la photo du spécimen après lecture du roman … et il a le mérite d’être gentil selon ma libraire … Alors voyez-vous ça … un homme qui a tout … et qui pourtant dans ses livres semble si …

Bon … j’aimerais simplement dire que la prochaine fois … je vais tenter de faire un blogue sans faute … 

Demain … grosse journée … je recommence à faire de l’escalade …  

En fait, j’ai l’impression que je viens de sortir de l’hôpital … et que je suis en convalescence … Le médecin m’a dit de reprendre mes activités… mais tranquillement, tout doucement…, une étape à la fois … il ne faudrait pas brusquer le pas … J’ai l’impression de sortir d’une maladie grave … alors que pourtant … je n’ai pas été surprise par quoique ce soit … J’ai quand même pris toutes les décisions… Rien ne m’a été imposé… Ce n’était pas un cancer surnois bien caché … C’était une rupture réfléchie … que j’avais décidé et repensé…

 

Pourquoi certains disent que c’est plus difficile d’être laisser … je ne crois pas que ce soit vrai… Quelque soit le rôle joué dans la rupture … il y aura des hauts et des bas… Je suis dans une remontée … il y a quelques mois je croyais que tout allait bien … et puis je me suis rendue compte … que je n’avais pas vraiment avancer alors que lui … il était déjà bien … avec quelqu’un d’autre… Normal … je suis devenue beaucoup trop difficile … beaucoup trop demandante … j’exige beaucoup trop de l’autre… Mais bon … et puis j’ai peut-être rencontrer le bon … sans le voir … 

C’est quand même drôle tout ça… mais j’ai plutôt l’impression que le bon … je le rencontre tout le temps… mais que je ne suis pas à cette étape … de ma vie … peut-être bientôt…

On verra bien … 

Ce soit Montréal en lumière … trop cool …

Chaque fois que je vais sur un blogue quelconque … c’est dans un moment d’euphorie total ou de total questionnement…

 

La dernière fois …c’était facile j’arrivais d’un voyage grandiose (la France rien de grandisose vous direz… et vous avez raison) non pas à cause de l’endroit mais évidemment à cause des rencontres, du plaisir que j’y ai eu et … des apprentissages (surtout sur moi) que j’y ai fait…

 

Depuis … plusieurs haut et bas… l’impression surtout d’avoir fait du surplace … Mais aussi l’impression d’avoir un peu avancé … juste un peu … (soyons bien clair!)

Les apprentissages n’ont pas été assez grand … dû moins c’est ce que je me dis … La prochaine fois peut-être en découvrirais-je assez … (un voyage en perspective… peut-être ?)

 

C’est que j’adore apprendre sur moi … mais ça ne m’aide en rien … aujourd’hui maintenant … ce que je sais … c’est que ce sont souvent des apprentissages très douloureux … que je ne souhaite à personne … et qui finalement me laisse avec un arrière-goût de je ne sais quoi en fond de bouche… Mais je sais puisque je suis une irréductible optimiste que ce sont des apprentissages qui me permettent de devenir un peu plus adulte chaque jour ( Mais qui à dit que je voulais devenir adulte?) Je sais … il s’agit tout simplement de la suite logique…

 

Mais quand même … ce n’est pas parce qu’on sait dès le notre plus jeune âge conscient que nous allons mourir qu’on attend frénétiquement notre mort au quotidien… Parce qu’il y a aussi ça… je crois à nos actions… je ne suis pas du genre à attendre … bien que certains d’entre vous qui me connaissez (ou du moins croyez me connaître)… pourraient être tentés de dire que depuis quelques semaines … peut-être quelques mois je suis plutôt du type attendre, laissons faire les choses, advienne que pourra … et Que sera, sera…

 

Pas dans ma nature … Aurait-t-il fait plus de dégas … que je ne le croyais … Eh bien oui … voilà ma conclusion … Je crois qu’il est plus difficile de me sortir de se marasme parce que principalement j’ai la nette impression d’avoir laisser non pas seulement des livres (une bonne vingtaine) à son appartement mais aussi un peu (beaucoup) de ma dignité, de mon caractère…  mais le passé étant ce qu’il est … je ne reviendrai pas sur le personnage quiconque le rencontre le trouvera fort sympathique et il l’est ….

 

Je crois que le véritable problème est que je ne me suis pas guérie comme je le méritais et comme je le mérite …

 

Une fois qu’on réalise se phénomène ou cette situation … il y a plusieurs solutions … Rappeler toutes les personnes fréquentées dans la dernière année pour leur expliquer nos comportements (pourquoi je n’ai aps été capable de les rappeler, pourquoi je ne pouvais pas les aimer … pourquoi je suis tombée un peu pour d’autres … sachant que ça ne pouvait marcher … 6000km un peu loin) …

 

Se montrer encore plus vulnérable qu’on l’est déjà, parce que ce n’est pas assez d’assumer notre vulnérabilité, nos difficultés il faut aussi (j’ai l’impression) les dire aux autres … (alors là je dis Hola …Stop … ce n’est déjà plus pour moi) …  D’autres options sont possibles…

 

Tout simplement espérer que le connard se reconnaîtra … et décidera une bonne fois pour toute de faire un essai … un essai pour vrai … pas un essai mort d’avance … Un essai où tous les participants ont une réelle chance de gagné le gros lot ou la grande et glorieuse peine d’amour … 

 

Parce que je mérite … d’avoir une chance réelle …  et au pire … oui oui je mérite de pouvoir pleurer toutes les larmes de mon corps … parce que ça n’aura pas marché … parce qu’au moins nous aurions essayé… réellement je veux dire… Parce que j’aurais au moins l’impression de ne pas avoir perdu d’avance … sans savoir pourquoi ni comment et surtout … pas pour des raisons qui ne méritent même pas d’être énumérées…

 

Alors voilà … j’en suis là … à attendre … comme une conne car qui dit connard dit connasse ou conne tout simplement… à attendre parce que tout cela me fait beaucoup trop peur … parce que je sais en plus pertinement qu’il est poison pour moi …

 

 

Bonjour à ceux que je connais déjà et je suis très heureuse de rencontrer les autres …
 
J’écris simplement pour dire que je mettrai sur ma page de nouvelles photos dans très peu de temps … Les personnes qui regardent mes photos le savent déjà mais je le dirai pour ceux qui ne me visitent pas très souvent… Le 19 juillet dernier je m’envolais pour de nouvelles aventures en France, seule avec mon sac à dos. De ce voyage, je suis revenue le 13 août… OUi oui … J’ai passé au moins 25 jours en cavale …
 
Il faut dire que j’ai visité du Pays … Je mettrai les photos par ville et village … ce sera plus simple… Je commenterai aussi mon petit voyage …
 
À bientôt,
Ah oui en attendant je vous laisse sur deux textes qui me plaisent plus particulièrement c’est temps-ci…
 
Ma bohème (Arthur Rimbaud, p.35)
 
Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées;
Mon paletot aussi devenait idéal;
J’allais sous le ciel, Muse! et j’étais ton féal;
Oh! la! la! que d’amours splendides j’ai rêvées!
 
Mon unique culotte avait un large tou.
-Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
-Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou
 
Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons sirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur;
 
Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur!
 
 
L’amour tel que vu par le Prophète (Khalil Gibran, p.10-11)
 
«Lorsque l’amour vous fait signe, suivez-le,
Bien que ses chemins soient escarpés et sinuix.
Et quand ses ailes vous étreignent, épachez-vous en lui,
En dépit de l’épée cachée dans son plumage qui pourrait vous
blesser.
 
Et dès lors qu’il vous adresse la parole, croyez en lui,
Même si sa voix fracasse vos rêves, comme le vent du nord
saccage les jardins.» 
Publicités